Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Travail de réflexion et d'analyse sur des thématiques liées à la psychologie de l'enfant et de l'adolescent et aux questions des parents.

Pourquoi faut-il poser des limites à l'enfant?

Publié le 11 Février 2010 par Céline B in Psychologie de l'enfant


Je dirai tout d'abord que l'enfant a besoin d'être aimé mais d'être aussi cadré. Au début de sa vie, il traverse une période de toute puissance où il a l'impression d'être un tout avec sa mère. Le père va jouer un rôle de tiers pour aider l'enfant à se défusionner de la mère et marquer l'interdit de l'inceste. Quelques mots de psychanalyse qui donnent un sens à la question des limites chez l'enfant.

Ce qui pose souvent problème c'est que l'enfant a une place de petit adulte miniature dans la famille. c'est une place que lui donne la société. L'enfant est un consommateur ciblé dès sa plus tendre enfance et serait à même d'exiger tout de ses parents sans que les parents n'aient rien à exiger de lui. Je pense que cette idéologie véhiculée par les médias n'aide pas les parents à prendre leur place. D'ailleurs, on voit bien que cette difficulté se traduit jusque dans les programmes télévisés où on voit une super nanny ( paix à son âme!) qui vient au secours des parents débordés pour les aider à éduquer leur enfant en leur apprenant des règles éducatives de base. Je pense que les parents peuvent avoir besoin d'une guidance car certains recontrent des difficultés avec leur enfant mais qu'on en vienne à faire appel à une tierce personne qui prend la place des parents et les éduquent, ça me pose question.

Ce qui est important de rappeler c'est que l'enfant qui trangresse, qui fait des bêtises, s'oppose , n'est pas dans la pathologie par contre si ces comportements durent et le mettent en difficulté à l'école, on tire le signal d'alarme. De plus en plus, les parents viennent consulter les psys dans ce genre de situations. En général, ces consultations aident les parents à reprendre leur place vis à vis de l'enfant car il y a un tiers qui fixe un cadre. L'enfant en sort souvent apaisé car il a trouvé une limite qui le rassure.

Cela va se rejouer à l'adolescence où d'une autre manière le jeune va tester le cadre en ayant des comportements à risque par exemple. Il est d'autant plus important que ce cadre soit fixé dans l'enfance pour que le jeune puisse à la fois le rejeter et se construire sur cette base pour devenir un adulte responsable.


Les situations des familles sont souvent difficiles et il est important de comprendre que l'enfant par son comportement montre aussi qu'il peut ressentir une souffrance et a besoin qu'on entende ce qu'il a à dire. Ce qui n'empêche pas de rappeler qu'il y a un cadre à respecter. Quand c'est  le cas, on se rend compte qu'au bout de quelques séances, l'enfant va mieux et les comportements gênants cèdent.

Je pense aussi qu'il faut différencier ces difficultés de comportement et les troubles plus graves tels que l'hyper activité. Il me semble que c'est important de faire la part des choses et surtout de laisser le temps à l'enfant et à ses parents d'évoluer.

 
Commenter cet article